KikouBlog de Le Loup - Mars 2015
Le Loup

Aucune participation prévue dans les 8 semaines à venir.

Sa fiche

Archives Mars 2015

Meniscus (semaine 2 et 3)

Par Le Loup - 16-03-2015 19:24:38 - 6 commentaires

Résection ménisque interne droit

Semaine 2 et 3

 

Samedi 28/02

Essai de conduite de la voiture car il faut bien aller faire des courses de temps en temps... Se glisser derrière le volant est un geste à faire au ralenti : il y a un angle à trouver pour éviter de se faire mal. Les fils tirent un peu sur les chairs et ce n’est pas agréable de passer de l’accélérateur au frein et vice-versa dans mon tank.

 

Dimanche 01/03

Balade 1h30 : tout ce qui possède 2 pattes ou 4 pattes se déplace plus vite que moi. Quelques passages en dévers, encore boueux et glissants par endroits, on dirait plus que jamais une momie mais ça fait du bien de s’aérer. La marche sur le plat c'est ok mais dans les escaliers j’y vais toujours mollo, surtout à la descente où j’évite de prendre tout le poids sur le genou.

En fin de promenade quelques douleurs diffuses, difficile de cerner si c'est le ménisque ou les cicatrices. Je suis sorti longtemps et la prudence s’impose : je rentre par le chemin le plus court en faisant gaffe.

Glaçage.

 

Lundi 02/03

Retrait des fils.

Le pansement est ôté et je peux enfin voir mon genou pour la première fois depuis la sortie de la clinique… Ce n’est pas enflé le doc a l’air très satisfait. Les fils sont enlevés en 30 secondes et je peux admirer 2 cicatrices assez minuscules. J'ai l'interdiction d'eau de mer (ça tombe bien l'eau est plutôt froide en ce moment) et je ne dois pas non plus mettre les cicatrices au soleil (là non plus pas trop de crainte à avoir).

Le vélo n'est pas autorisé et je dois attendre 1 quinzaine de jours : “faites d’abord quelques séances de kiné et puis on verra. On se revoit dans 1 mois”… Même pas un peu de ski ?

Je peste intérieurement mais je me remémorre ce que j’ai pu lire et recevoir comme conseils : “doucement mais sûrement, ne pas toût gâcher”. Ok... mais je compte bien soudoyer la kiné dès la 1ère séance !

 

Jeudi 5/03

Reprise du travail, 13ème jour.

Bus, métro, boulot… Dur, dur.

Si dans le métro il vaut mieux être apte à monter et descendre des escaliers au milieu d’une foule hostile, le bus est quant à lui un piège : accélérations et freinages intempestifs sont autant de pertes d'équilibre et d’appuis imprévisibles. Lorsque je trouve une place assise je garde une main sur le genou pour éviter les coups de sacs ou pire.

Glaçage le soir, sensation de genou lourd, lourd.

La fatigue se fait également sentir à cause du manque d’activité de ces derniers jours.

 

Vendredi 6/03

Bis repetita pour les transports en commun : je ne me déplace pas encore à ma vitesse de croisière et je sens bien l’agressivité passive des gens pour qui je représente un obstacle à contourner. Oui, passive l’agressivité, car bien que diminué par l’opération je fais toujours 1,89m. Rigolant

Au passage je prends conscience de ce que représente ce mode de déplacement pour une personne à mobilité réduite (sous-entendu : pas trop réduite quand même car le métro parisien n’est justement pas accessible aux gens en fauteuil).

Cerise sur le gâteau aujourd’hui c'est projet blanc pour ma prépa : 8h en salle !

Je ne vois pas trop le temps passer mais à la fin de l’épreuve je suis lessivé, et un peu blanc aussi. Le soir glaçage et canapé Thalassa.

 

WE

Le bilan de la semaine est mitigé : l’enthousiasme qui a suivi le retrait des fils est un peu douché par la fatigue et les petites douleurs : piétiner est la chose à éviter et je n’ai fait que ça depuis 2 jours !

Je dois prendre la voiture pour 2 jours en Bourgogne.

Sans les fils le genou supporte mieux les sollicitations liées à la conduite, ça ne tire plus ! Je continue d’être précautionneux lorsque je me glisse au volant. On ne le soupçonne pas en temps normal mais on fait subir une torsion bizarre à ses genoux en montant en voiture, et encore plus côté conducteur : il suffit d’être fraîchement opéré pour s’en rendre compte !

 

Lundi 9/03

1er rdv chez la kiné.

J’arrive avec 1 bonne heure d'avance au cabinet, je me suis planté en notant le rdv !

La kiné arrive et je déchante intérieurement (trop de films) : ce n’est pas “la kiné” mais “le kiné”… Et le gaillard est costaud en plus ! Remarque pour manipuler c’est mieux…

Une quinzaine de séances de kiné sont prévues : les 3 premières seront consacrées à détendre et dénouer, les suivantes seront à base de squats, de proprioception et d’exercices excentriques (freinages, bonds...). Le programme est bien, mais rien que d’imaginer les freinages et les bonds j’ai mal à l’avance : allez, ce gars-là a l’air de bien connaître son job…

Pour le vélo il serait sage d’attendre encore (ben voyons...) et de me prouver par A + B que pour le moment je n’ai pas récupéré une extension complète (ne parlons pas de la flexion) et que musculairement on peut constater une différence significative entre les 2 jambes. Okay, okay...

La séance de 30’ me fera du bien mais dommage que je me tape 25' de marche et 1 heure de transport en commun derrière.

Glaçage 20’ le soir.

 

Jeudi 12/03

2ème rdv kiné

Pas facile de placer les rdv, mon agenda est blindé depuis que j’ai repris le taf et celui du kiné aussi.

Non rien de particulier, ah si, ce matin j'avais un rdv important et aucun véhicule dispo sous la main : donc vélo ! :-)

Le kiné commence à se rendre compte qu’il a un “client”. Moyennant quoi à la fin de la séance il m’autorise le vélo - à assistance électrique - du bureau… Bon, c’est pas grand-chose mais c’est déjà ça. Je lui glisse que je veux faire “100km” en juillet, il se marre puis il comprend que ce ne sera pas à vélo… “On verra, il faut vraiment y aller par étape”… Je compte bien faire un peu de home trainer dès ce week-end quand-même, il est temps de reprendre, je me sens d’attaque.

Glaçage 20’ le soir.

 

Vendredi 13/03

Opéré depuis 3 semaines.

Voir les 6 commentaires

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.17 - 41104 visites